BIOGRAPHIE

Né en 1976 à Paris, vit et travaille à Verneuil-le-Château

Issu d'une famille où l'art, côté maternel, côtoie inlassablement la littérature, côté paternel, sa vocation artistique est plutôt le fruit d'une infusion que d'une révélation.

Dès le lycée, il se spécialise et obtient un baccalauréat option Arts Appliqués. Il poursuit sa formation à  l’École Supérieure d'Art d'Avignon (ESAA). Titulaire du Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique (DNSEP), il fait son entrée dans la vie professionnelle en tant qu'intermittent du spectacle avant de créer une librairie galerie et d’enseigner par la suite les arts plastiques. 

Il se consacre aujourd’hui exclusivement à la création et à la diffusion de son art.

 

 

FORMATION

1997-2002 obtention du D.N.S.E.P à l’Ecole Supérieure d'Art d'Avignon

Démarche

“Rien ne se perd, tout se crée, tout prend forme.”

                                                          A.B

Si l’art était voie de circulation je serais un sentier forestier au milieu d’une nappe de brouillard.

 

Un sentier car j’aime sortir des clous et fouler des zones de l’histoire de l’art encore en friche.

 

Dans le brouillard car, quand je m’y déplace, j’arrive parfois là ou je ne pensais pas être.

 

Une partie de mon travail relève du hasard, car il laisse une part importante à l’intuition et l’abstraction. Mes séries Satélaque et Dune mettent en évidence les multiples perceptions possibles d’un même espace.

 

Les cultures antiques d’Asie ou d’Amérique s’accordent à décrire le monde non sous une forme matérielle, mais comme une jungle remplie de lianes énergétiques qui nous traversent, et que nous assemblons inconsciemment pour concevoir un monde cohérent. Cet assemblage varie d’un individu à un autre, nous avons tous notre propre vision du monde. 

Mon objectif est dans ces conditions de jouer avec les stimuli qui assaillent nos sens et qui gouvernent notre appréhension  du monde.

Notre état énergétique, la faim, la fièvre ajoutent des variables à une perception déjà éclectique. Cette inconstance du monde est sans doute la clef de voûte de ma démarche. Mon travail avec la nature dans la série Foeille met en relief cette inconstance, la fragilité de la vie, même si nous nous sentons (à tort) immortels. Nous sommes éternellement éphémères.

 

Ma pratique actuelle est principalement graphique et picturale. Elle met à l’honneur les yeux, de Big Brother à Walt Disney, de la plus cruelle dystopie à la trop promise féérie. Motif récurrent dans mes créations et principal organe avec lequel nous appréhendons le monde, les yeux, symboles et orbites, me permettent de revisiter le monde. Mes Oeiltoons personnages aux mille yeux, descendants d’Argus, géant aux cent yeux de la mythologie grecque, invitent le spectateur à user des siens, clin d’oeil à la définition de l’oeuvre de Duchamp*. C’est le regardeur regardé. Un miroir face à un miroir. 



 

*”Ce sont les regardeurs qui font les tableaux”(Duchamp)